lundi 4 juillet 2016

Analogie de bibittes et de réflexions

Avec le retour de l'été il y a plein d'insectes qui déambulent un peu partout dans la maison. Il me semble que j'en ai rarement vu autant, mais bon peut-être y suis-je simplement plus attentive. (Cette vieille maison est rendue sous ma garde après tout.) Certains me fascinent d'une manière et me donne l'impression d'être des métaphores vivantes de la vie. Oui, car les insectes sont à la fois rapides, presque agités (Sûrement que je le serais aussi à avoir autant de pattes), mais aussi capables d'une grande immobilité. Combien de fois l'on trouve des araignées mortes et desséchées, figées dans l'espace à avoir été trop longtemps sans bouger à attendre une proie. Pourtant, une araignée peut aller si vite, surtout quand on cherche à l'écraser!

La vie est une analogie aux insectes! Ou nos objectifs de vie? Parfois, lorsqu'on se décide à passer à l'action, tout file si vite. Des fois on atteint notre but et d'autres on le manque de peu. Nos moments tristes n'en finissent plus de durer et ceux heureux passent comme un claquement de doigt. Vous souvenez-vous enfants comme le temps était long? Maintenant adulte, je cours constamment. Mais cela me fait questionner: est-ce que le temps ralenti pour les êtres plus petits? Si c'est le cas ce serait pour ça qu'elles figent ces bibittes. Probablement qu'elles se disent "Pourquoi je cours? Le temps est si long!" Et là, un grand géant d'être humain débarque pour l'écraser. Elle aurait mieux fait de continuer son chemin pour atteindre ce qu'elle désirait. Combien de personnes sont ainsi? Ne passent jamais à l'action et finissent par être écrasés par le poids du temps? Comme une araignée qui attend sa proie alors que si elle se serait déplacée juste un peu elle en aurait eu à profusion. Ce serait un bon exemple à prendre. Le nombre de fois que j'ai laissé aller quelque chose ou un projet en passant qu'il était trop tard. Peut-être étais je rendue à un doigt de l'avoir.

Finalement, ces petites bestioles m'auront fait bien réfléchir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire